GRP Tour des Cirques 2018

Après Luchon début juillet, voici venu le Grand Raid des Pyrénées 2018 (GRP pour les intimes) avec ses 120 kms et 7000D+/8000D-  !!

Départ de Piau-Engaly vendredi 24 août à 9h.

J’ai 40h max pour boucler le parcours. Je dois donc arriver avant dimanche 26 août à 1h du matin.

Clin d’œil à

… Pierre-Laurent qui sera bénévole dans le secteur du désormais célèbre Col de Portet. Merci pour tes conseils coach !

… Franck et Pierre qui partageront la même aventure que moi !

Quelques Question / Réponses :
  • « C’est quoi le détail du parcours ? »

Le mieux est d’aller de se promener sur Openrunner. C’est une jolie boucle en Haute-Pyrénées appelée poétiquement Tour des Cirques : https://www.openrunner.com/r/7963538. Les boutons à gauche vous permettent de naviguer sur la carte et d’afficher le profil altimétrique.

  • « On peut te suivre en live ? »

Oui, le live est ici : http://chrono.geofp.com/grp2018

Mon dossard : 1267

Mon parcours : Tour des Cirques

Je serai enregistré à chaque ravitaillement

  • «  Tu penses mettre combien de temps ? »

Très difficile à anticiper, mais je me suis prêté au jeu : je me suis fait un plan de passage pour découper la montagne en morceaux plus digestes !!Mais je vais courir à la sensation et me détacher très vite de ce tableau sauf si je bataille avec les barrières horaires.

Je n’ai qu’un seul objectif : finir !!  Le reste c’est pour la forme …

  • « Comment tu te ravitailles ? »

L’organisation a prévu des ravitaillements en eau toutes les 3h environ, le plus souvent accompagnés de quoi grignoter sucré ou salé

On a aussi droit à une assistance sur ces ravitaillements. Mes parents seront là à certains pour compléter mon stock de barres et me donner de la nourriture plus consistante si besoin

  • «  C’est pas trop lourd à porter le sac à dos ? »

Normalement, il devrait être autour de 4.5kg, eau comprise (2l d’eau). Ça ne pèse rien au début. Ça représente une tonne au bout de 12h quand les épaules sont lacérées par les chocs en descente et que le dos commence à s’enflammer de douleur (en particulier les cervicales). Chaque gramme économisé permet de repousser ce seuil de fatigue !

  • « Mais tu dors où ? »

En fait, je n’ai pas prévu de dormir. C’est mon corps qui me dira s’il faut que je m’arrête faire une sieste ou pas. Ca pourra être à l’unique base de vie à Luz au 70e kilomètre ou n’importe où dans la nature si le sommeil me prend au point de ne plus pouvoir avancer. Je m’allongerai alors 15’ et je mettrai le réveil sur le téléphone pour me remettre en route.

  • «  C’est quoi une base de vie ? »

C’est un endroit où l’on peut se poser, se ravitailler avec un plat chaud, dormir sur des lits de camp, consulter un médecin/kiné/podologue et récupérer des affaires personnelles pour pouvoir se changer.

  • « T’as pas peur de revivre un autre orage en montagne ? »

Normalement ça ne devrait pas arriver. Si tel est le cas, l’organisation sait s’adapter et modifie le parcours pour ne pas mettre les participants en danger (elle l’a déjà fait par le passé). Pas d’inquiétude de ce côté-là !

A très vite

Leave a Reply