A suivre …

Souvent en trail, visionner des vidéos sur le web permet de trouver l’inspiration. Nos rêves prennent alors forme. On se rassure, on évalue, on prospecte, on recherche des informations. Bref, on entretient la motivation alors que les échéances sont parfois encore loin dans le calendrier.

Youtube est une mine d’information, mais on trouve vraiment de tout et surtout n’importe quoi et, qui plus est, il est très facile de se perdre. Se filmer en trail ne s’improvise pas et trop de vidéos ne sont pas regardables parce que :

  • mal filmées : trop saccadées avec des images non stabilisées … beuuuurk, je vais vomir
  • monotones et mal montées : des enchainements de travelling accompagnés d’une musique technoïde insupportable … là en général je ne tiens pas deux minutes!
  • sans contenu : l’auteur n’a rien à raconter si ce n’est de se prendre en selfie vidéo … oui, oui, mec, t’es beau mais tu gênes pour admirer les paysages !!!
  • mal “uploadées” : la résolution et la compression sont tellement mauvaises qu’on a l’impression d’être revenu à l’âge des premiers jeux vidéos

Aujourd’hui, je vous propose une revue de mes “piliers” : ces youtubers que je suis les yeux fermés et qui réalisent des vidéos de qualité. Chez eux, tout est étudié à l’avance : du matériel utilisé en passant par le lien avec le spectateur et l’envie de partager et témoigner. Les prises de vue sont souvent originales et les émotions sont partagées. Littéralement, on vit la course avec eux.

Allez, suivez-moi pour une “rapide” revue !

Zinzin reporter

C’est LA star des trailers. Zinzin, alias Denis Clerc, habite Montpellier. Il y travaille dans le secteur de l’audio-visuel. Mais dès qu’il en a l’occasion, il s’échappe dans les Cévennes, sa terre de cœur. Denis a créé le personnage de Zinzin il y a 10 ans et l’a fait évolué au fil des courses.

Quel trail n’a pas couru Zinzin ?

Bonne question . Fort de sa notoriété dans le milieu du trail, il est régulièrement invité par les organisateurs et court pas loin d’une demi-douzaine d’ultras par an, sans compter les courses plus “mineures”. A ce rythme-là, en dix ans, sa vidéothèque est devenue pléthorique !!

Le contenu maintenant

Denis aime filmer, aime raconter, aime partager. Et le bonhomme est très généreux . Il nous offre régulièrement des longs métrages très fluides et faciles à regarder. Le plus impressionnant, c’est qu’il est équipé d’une simple GoPro et le résultat demeure très propre, alors que dans les mêmes conditions, la plupart des gens produisent une bouillasse infâme ! Quand un fan lui demande comment il fait, il répond :

J’ai une simple go pro 6 sans stabilisateur. Il faut bouger le moins possible, faire le moins de panoramiques possible et choisir ses plans.

CQFD

De plus, il arrive à mettre sa course entre parenthèses pour partager des plans magnifiques tout en faisant au final des très bons classements : il est souvent bien placé en catégorie V2 … quand il ne gagne pas carrément la course !!

L’honnêteté est également une valeur clé de Denis : quand ça ne fonctionne pas, quand il bloque, il se filme pour témoigner. Peu importe l’image qu’il peut véhiculer dans ces moments-là.

Et puis il va à la rencontre des gens autour de lui, les questionne sur ce qu’ils sont, leur motivation et – marque d’un profond respect pour l’autre – mentionne systématiquement leur nom et leur classement en incrustation. Un personnage très attachant et passionnant …

Que regarder ?

Franchement, prenez au hasard n’importe quelle vidéo et vous ne serez pas déçu

Mention spéciale pour son film sur le Tor des Géants. L’histoire est incroyable, les images sont incroyables. Un seul bémol : le choix de sa fille pour la bande son … comment dire … je vous laisse juge . Pour le reste, c’est de la très grande qualité !

Et puis, une deuxième pour la route avec la Transmartinique. Si vous aviez en tête une image idyllique et paradisiaque de cette île des Caraïbes, vous allez avoir un choc en regardant les images .

Merci Denis pour tous ces partages qui en ont fait rêver bien d’autres que moi !

Les lapins runners

Mon second coup de cœur … est diamétralement opposé à celui de Zinzin. Derrière les lapins runners se cachent Emir et Carole, des parisiens qui ont de belles références sur route (jugez plutôt : https://www.lapinsrunners.fr/nos-meilleurs-chronos/) et qui enchainent les marathons comme on enchainerait les sorties au supermarché. C’est vraiment n’importe quoi, me diriez-vous !! Sauf que pour eux courir un marathon, c’est une façon de faire du tourisme, de découvrir une nouvelle ville et de s’en imprégner de l’ambiance.

Quel rapport avec le trail ??!!

J’y viens cher ami . Il se trouve que les deux tourtereaux n’ont peur de rien et qu’ils s’alignent régulièrement sur des ultras, à fort dénivelé … ou pas ! Alors, autant être clair, ils n’ont aucune technique et ne font pas d’entrainement spécifique. Une course sert à préparer la suivante. Du coup, ils passent leur temps à flirter avec les barrières horaires et se font régulièrement quelques frayeurs. Souvent ça passe, des fois non … et ça donne un côté “mélodrame” à chacune de leurs vidéos où l’on est tenu en haleine dans leur bataille pour passer (de justesse) la barrière suivante.

Le trail en mode touriste

La grande force des lapins runners, c’est d’y croire et d’aborder chaque course comme une grande fête. Le potentiel physique mis au service de l’expérience nouvelle et de la découverte en quelque sorte ! De mon point de vue, c’est une autre vision du trail complètement assumée et très jouissive.

Associé à cela, une volonté de partager toutes les émotions sans tricher, une incroyable gouaille – Emir est un garçon très bavard – une touche de poésie et un sens de la mise en scène inné, on obtient des vidéos, que dis-je, des séries complètes à thème de très grande qualité !

OK mais je commence par quoi ?

Vous pouvez très bien regarder un de leurs nombreux marathons pour prendre la température. Ensuite, entre leurs nombreuses participations aux ultra-marins (177km !!!), leurs deux tentatives à l’ultra du Pas du Diable, leur essai enfin récemment transformé sur l’UTMB ou encore la série fleuve sur le Grand Raid des Pyrénées 2017, vous avez l’embarras du choix.

J’ai juste envie de faire un zoom sur les deux vidéos de l’Origole 2016 qui présentent un condensé de ce qu’ils sont et de leurs valeurs : amitié, partage, dépassement de soi, face à face avec l’incertitude, humour et chevauchée épique.

Je vous remercie les Lapins pour m’avoir donné l’inspiration de me lancer dans un ultra et de m’avoir fait croire que c’était possible alors que je n’avais jamais dépassé la distance du marathon

Djodei

Jonathan David de son vrai nom. Il est cul et chemise avec les lapins runners et suit la même mouvance qu’eux dans l’approche romantico-touristique du trail. La différence principale réside dans un discours plus “djeuns” et moins spirituel qui me fait ressentir d’un coup très vieux .

Alors pourquoi l’avoir retenu dans la liste ?

Parce qu’il effectue un beau travail de recherche esthétique dans les images, il a un matériel au top et ça se voit, et aussi disons-le franchement, il n’a pas le physique de l’emploi et pourtant, à force de courage et d’abnégation, il survit et il y arrive !

Alors oui, il est confronté régulièrement à ses limites, notamment à l’UT4M où il était franchement trop lent. Mais je vous conseille ses deux vidéos sur la Diagonale de Fous et l’Ultra-Trail de Madère qu’il finit courageusement à la force de sa volonté.

Un bel exemple à suivre!!

La route du trail

Le monsieur est très prolifique : c’est sûrement celui de toute la liste qui a le plus gros rendement. Il adopte un format court et dynamique. Il ne s’embête pas trop avec la technique mais ce n’est pas bâclé pour autant et il est animé par une vraie recherche de contenu.

Pour être franc, j’ai du mal à me passionner pour ses récits de course que je trouve sans relief (pas de jeu de mots SVP vue la quantité de D+ qu’il arrive à s’avaler ). Mais ça n’engage que moi !

Jean-Charles (dans la vraie vie) crée énormément de petites vidéos de type “trucs et astuces” et elles répondent de façon simple à des questions que tout trailer débutant va se poser à un moment donné.

J’en ai sélectionné deux parmi une liste très riche :

  • Comment il prépare son sac de trail et qu’est-ce qu’il y met dedans ?
  • Comment il évalue ses temps de passages sur un ultra ?

Pas si simple à répondre …

Monsieur trail

Celui-là, c’est la belle surprise de l’été : en recherchant des vidéos tournées sur le GRP 2018, je suis resté sur ma faim. Pas grand-chose de regardable en entier malheureusement … et puis je suis tombé sur lui.

Il a très peu de vidéo à son actif mais ce qu’il a produit est vraiment très prometteur. Les plans sont bien sentis et dynamiques, il alterne interaction avec la caméra et plans larges et la qualité est bonne. Il a su nous raconter son histoire et nous emmener avec lui, en toute honnêteté, ce qui rend le bonhomme attachant. Sûrement la meilleure vidéo sur le GRP 2018 !

A suivre …

Ultra Trail Word Tour

Un dernier pour la route …

Ce n’est pas une chaîne amateur mais je voulais souligner la qualité des films produits dans le cadre de l’UTWT, particulièrement les saisons 2016 et 2017 (rien en 2018, sniff ). C’est très orienté compétition et classement évidemment, mais c’est aussi très inspirant … ça paraît même trop facile .

En jetant un coup d’œil sur la Western States, vous allez vous immerger dans la folie américaine … yeaaaahhh !

Si je ne devais retenir qu’un seul film, ce serait celui de l’UTMB 2017 avec le mano a mano entre François D’Haene et Kilian Jornet qui a tourné à l’avantage du premier. Ça prend aux tripes !

Et pour finir …

Loin de moi l’idée d’avoir fait une liste exhaustive. Je suis certain qu’il existe pleins d’autres auteurs intéressants. Déjà ce ne sont que des auteurs français. En langue anglaise, vous allez en trouver pleins d’autres. Pour n’en citer qu’un seul : Billy Yang … sa filmographie est remarquable !

N’hésitez pas à partager vos trouvailles en commentaire

Bon visionnage …

0 Comments

Add Yours →

Leave a Reply