Rupture du tendon d'Achille

Rupture du tendon d’Achille : témoignage d’une convalescence réussie

Tribune à …

Luc qui nous raconte comment il a (bien) vécu sa rupture du tendon d’Achille. C’était en 2009/2010. Luc a un bon niveau régional en course d’orientation et avait même intégré le Pole France dans ses jeunes années. Loin d’avoir stoppé net sa carrière sportive, sa rupture du tendon d’Achille a été une opportunité pour trouver un nouvel équilibre dans sa pratique. Un accident vers plus de bienveillance ?

Dans cet article, seront exposés :

  • La situation de Luc avant cette rupture du tendon d’Achille,
  • L’accident,
  • Le traitement suivi,
  • La rééducation,
  • L’indisponibilité pour le sport,
  • La reprise du sport.

Avant la rupture du tendon d’Achille

La récente rupture du tendon d’Achille du joueur de rugby du Stade Toulousain Yoann Huget, m’a replongé plusieurs années en arrière. Quelques jours avant Noël, alors que je venais de cacher les cadeaux de mes enfants dans la partie haute de notre placard, je suis tombé de la chaise et me suis rompu le tendon d’Achille gauche.Yoann Huget Rupture Tendon d'Achille

Petit retour en arrière … A cette époque, j’avais 38 ans et je pratiquais la Course d’Orientation depuis plusieurs dizaines d’années. Je préparais donc ma dernière année en Sénior et je m’entrainais fort sur cet automne.

Première alerte, début décembre, je développe une tendinite au tendon d’Achille et je m’arrête de courir. Je partage alors mon travail entre deux bureaux. A posteriori, je pense que j’ai été trop négligent sur l’hydratation. Je buvais alors 1 thé le matin, 2 verres d’eau midi et soir et 2 cafés soit 0,5 litre de liquide.

L’accident menant à la rupture du tendon d’Achille

Quinze jours plus tard, je chute de la hauteur d’une chaise. En voulant me relever, la cheville gauche ne répond plus. Les signes d’une rupture de tendon d’Achille sont clairs. Une brève palpation au niveau du tendon d’Achille m’alarme très vite qu’il manque quelque chose. Ce tendon est probablement rompu.

La douleur que j’ai ressentie dans le tendon d’Achille et le mollet est supportable. Je dirais pas plus de 5 sur une échelle de 1 à 10.

Mon épouse me conduit aux urgences : les internes confirment ma crainte de rupture totale du tendon d’Achille par une échographie.

L’opération

On prend rendez-vous immédiatement avec le chirurgien qui me propose une opération du tendon d’Achille. Cela consiste à recoudre les 2 extrémités du tendon.Opération du tendon d'Achille

L’opération est très fréquente car il m’annonce en faire une centaine par an, notamment chez des hommes sportifs autour de la quarantaine. Je suis pile dans la cible.

A ma question sur la reprise du sport après une rupture du tendon d’Achille, il me refroidit : je dois partir dans l’idée d’1 an de convalescence. Parfois ça peut être moins long, mais si je veux accélérer le protocole de reprise, je risque une nouvelle rupture. En revanche, une fois le tendon bien cicatrisé, il serait suffisamment dur pour ne pas se casser à nouveau.

La rééducation

Après l’opération du tendon d’Achille, s’en est suivie une période d’immobilisation de 6 semaines avec le pied en équin (tendu sur la pointe et plâtré). J’ai interdiction de le poser au sol et je dois marcher avec des béquilles.Plâtre avec pied en équin

Puis le plâtre est enlevé, le pied est maintenu bloqué tendu sur la pointe. Je dois continuer à marcher avec des béquilles pendant 4 semaines supplémentaires.

Cette période est pénible car je me retrouve bloqué chez moi.  En ces mois de janvier et février, le sol est glissant à l’extérieur et je ne dois prendre aucun risque. Je passe une grande partie de la journée allongé à attendre que la cicatrisation se fasse.

Enfin, je commence la rééducation chez le kiné. Mon pied est devenu totalement rigide sur la pointe.

Après quelques semaines, la reprise du sport est devenue possible par de la natation avec notamment des exercices de battement de pieds. Bref, pour un coureur comme moi, rien de bien emballant.

Reprise de la course

Finalement, après 8 mois de convalescence, la cicatrisation se passe mieux que prévue. Je franchis une nouvelle étape dans la reprise du sport avec la reprise de la course. D’abord doucement autour d’un stade en herbe puis je débute une réathlétisation.

Après 10 mois et demi, je reprends la compétition, d’abord sur des circuits courts puis sur le circuit de mon âge.

J’ai néanmoins un blocage mental lorsque je dois sauter par-dessus un fossé ou un ruisseau. Et pourtant j’ai la confirmation des médecins que le tendon d’Achille est bien réparé et que la probabilité qu’il rompt est minime. Ce blocage a fini par disparaître après environ 1 an et de nombreux entrainements en sous-bois où je passais de très longues minutes à sauter par-dessus un fossé.Franchissement en course d'orientation

Zoom sur les séances de kiné

Les séances de kiné ont démarré dès le retrait du plâtre 6 semaines après l’opération. J’en ai fait une cinquantaine en 6 mois environ.

  • M0 à M+2 :  j’y allais 3 fois par semaine pour dérouiller le pied.
  • M+2 à M+4 :  j’ai réduit à 2 fois par semaine pour commencer à remuscler toute la chaine inférieure.
  • M+4 à M+6 : 1 fois suffisait pour réathlétiser l’ensemble du corps avec du travail spécifique basé sur des sauta, des courses, des accélérations…

La timeline en résuméTimeline de la convalescence de Luc

Bilan de cette convalescence après rupture du tendon d’Achille

La durée de ma convalescence suite à la rupture totale du tendon d’Achille a été de 8 mois avant la reprise du sport, un délai court pour un amateur, en général, il faut prévoir 1 an.

Le traitement est assez commun : après une opération pour recoudre les deux morceaux du tendon d’Achille, un repos puis une rééducation lente avec un kinésithérapeute permet de redonner de la mobilité à la cheville.

Une fois l’autorisation de courir donnée, une reprise du sport progressive permet de revenir à la compétition. Après cette reprise, le tendon est plus épais qu’avant et ainsi souvent protégé d’une nouvelle rupture.

Des traitements préventifs, notamment l’hydratation et le travail de la mobilité de la cheville, permettent de limiter le risque. Ils permettent notamment d’éviter une rupture du talon d’Achille sur l’autre cheville.

Et aujourd’hui ?

Douze après, je n’ai aucune appréhension et je peux recourir normalement. Je suis plus à l’écoute de mon corps et je n’insiste pas quand des douleurs suspectes apparaissent. Les séances de Running se font moins en force. J’ai appris à intégrer le repos dans mon entrainement. Je bois 1,5 litres de liquide par jour (1 thé le matin, 2 verres d’eau midi et soir, 2 cafés et 4 à 5 mugs de tisane) et pratique régulièrement des assouplissements. En particulier, le matin lorsque les tendons d’Achille sont les plus raides.luc

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Run to born
%d blogueurs aiment cette page :